Bien mal acquis : Des voitures de la famille Obiang saisies à Paris !

Hier mercredi, plusieurs voitures de luxe appartenant au fils et ministre de l’Agriculture du président équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema ont été saisies à Paris suivant une procédure judiciaire. Et, la partie lésée n’a pas tardé à réagir. Depuis décembre 2010, les magistrats français Roger Le Loire et René Grouman enquêtent sur le patrimoine de plusieurs présidents africains, dont celui de Guinée Equatoriale, afin d’en déterminer l’origine.

En effet, ces dirigeants sont soupçonnés de recel et de blanchiment de détournements de fonds publics étrangers. Il s’agit, en dehors de M. Obiang Nguema, du congolais Denis Sassou Nguesso et du gabonais, feu Omar Bongo Ondimba. Une investigation rendue possible suite à une plainte déposée par Transparancy Inernational France (TIF) en 2008. C’est dans ce cadre que cette saisie a été opérée. Elle a été précédée d’une perquisition une semaine avant, soit le mercredi 21 septembre dernier, dans le même immeuble, situé sur l’avenue Foch dans un quartier très huppé du 16è arrondissement de Paris.

Sans perdre de temps, les avocats du président équato-guinéen se sont, eux aussi, fait entendre : « La République de Guinée Equatoriale, par la voix de ses avocats, élève la plus vive protestation face aux atteintes caractérisées à sa souveraineté qui se déroulent sous couvert d’une instruction judiciaire, volontairement médiatisée par des associations dont la légitimité reste à démontrer », ont déclaré Mes Olivier Pardo, Isabelle Thomas-Wermer et Ludovic Landivaux, tout en menaçant, dans la suite, de poursuivre la France devant la justice internationale, estimant que cette procédure « viole les principes les plus établis du droit international et notamment le principe d’égalité souveraine des Etats ».

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*