UNICEF : Près de 20.000 enfants irakiens pris au piège à Fallouja

Le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) a annoncé ce mercredi, qu’au moins 20.000 enfants irakiens sont pris au piège à Fallouja, ville de la province d’Al-Anbar située à 50 kilomètres à l’ouest de Bagdad, et pourraient être recrutés de force par le groupe Etat Islamique (EI), qui résiste, à l’heure actuelle, à l’assaut des forces irakiennes.

Pour rappel, les forces armées irakiennes ont lancé le mardi 23 mai dernier une offensive d’envergure en vue de reprendre le contrôle de la ville de Fallouja, qui était tombée entre les mains djihadistes.

Depuis lundi dernier, ces forces ont pu investir cette localité mais sont confrontées à une grande résistance de la part de l’organisation de l’EI.

«L’UNICEF estime à au moins 20.000 le nombre d’enfants pris au piège dans la ville», a déclaré dans un communiqué, le représentant de cet organisme spécialisé onusien en Irak, Peter Hawkins.

Selon les témoignages des rares personnes qui ont pu fuir Fallouja, cette ville manque d’eau potable et de nourriture. Hawkins a indiqué que «les enfants risquent le recrutement forcé dans le combat … et une séparation avec leur famille».

Et d’ajouter que les enfants recrutés par les djihadistes sont contraints à porter des armes pour prendre part à un conflit d’adultes. « Leur vie et leur avenir sont en danger », a-t-il prévenu.

L’UNICEF a relancé des appels à ouvrir des passages fiables de sorte à donner l’occasion aux civils assiégés, dont le nombre avoisine les 50 000 âmes, de sortir de Fallouja. Selon l’ONU, l’EI se sert de ces civils comme boucliers humains dans son combat contre les forces armées irakiennes.

A propos de Fitzpatrick 1314 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*