Téhéran se rapproche de Pyongyang

De nombreux officiels occidentaux, désireux de voir un isolement diplomatique le plus strict possible s’exercer sur l’Iran, ont affirmé ces derniers temps que la République islamique se rapprocherait de plus en plus du pouvoir communiste de la Corée du Nord.
Poursuivant elle-même un programme nucléaire également sujet à polémique avec les grandes puissances occidentales, la Corée du Nord, qui investit des sommes folles dans son arsenal militaire et souvent même au détriment de l’alimentation de sa population, est disposée à monnayer au prix fort sa technologie que l’Iran serait disposé à acquérir. La Corée du Nord pourrait ainsi approvisionner l’Iran, qui désire accroître ses capacités d’enrichissement, en métaux précieux indispensables pour la production des centrifugeuses qui permettent d’enrichir l’uranium. Le rapprochement entre ces deux pays qui au final révèlent beaucoup de similitudes dans leurs situations géopolitiques a même poussé le ministre israélien de la défense Ehoud barak, en visite au Japon le 19 février dernier à appeler la communauté internationale à ne pas accorder à Mahmoud Ahmadinejad la même latitude que celle accordée à Kim Jong dans son programme nucléaire.
L’Iran et la Corée du Nord ont déjà eu à coopérer dans le passé, notamment dans le domaine de la production de missiles, et, plus officieusement encore, dans la construction du réacteur nucléaire en Syrie que l’armée israélienne avait bombardé en septembre 2007 et que beaucoup avaient alors vu comme une base arrière technologique pour le programme nucléaire iranien.

A propos de Fitzpatrick 1348 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*