The Guardian annonce la grave blessure du chef de l’Etat islamique

baghdadi-hitedLe quotidien britannique The Guardian, qui cite un diplomate occidental et un conseiller irakien, a annoncé hier mardi la blessure du chef de l’Etat islamique Abou Bakr al-Baghdadi dans une frappe aérienne de la coalition contre l’Etat islamique, une information que le Pentagone a démenti dans la foulée.

Selon les révélations du Guardian, la frappe aérienne remonte au 18 mars dernier. La coalition ignorait visiblement qu’Abou Bakr al-Baghdadi se trouvait dans l’une des trois voitures d’un convoi qu’elle ciblait à al-Baaj, près de la frontière syrienne. Trois hommes auraient été tués dans le bombardement. Abou Bakr al-Baghdadi aurait été grièvement blessé et ses blessures auraient mis un temps sa vie en danger. Aujourd’hui encore, il serait trop faible pour reprendre le commandement quotidien du groupe terroriste.

Hier dans l’après-midi, le Pentagone a réagi en faisant part de ses réserves après les allégations du Guardian. D’autant plus que les rumeurs sur le chef de l’Etat islamique émergent régulièrement. Plusieurs médias ont annoncé en décembre dernier qu’il avait frôlé la mort lors d’une attaque d’un convoi de deux voitures  à la périphérie de Mossoul. L’un des deux véhicules avait été touché et Abou Bakr al-Baghdadi se serait trouvé dans la seconde. De plus en plus efficaces, les frappes aériennes ont fait plusieurs morts dans les rangs de l’Etat islamique, contribuant à faire perdre au mouvement djihadiste du terrain en Syrie et en Irak.

Auto-proclamé calife des musulmans dans le monde et à la tête des djihadistes de l’Etat islamique depuis 2010, Abou Bakr al-Baghdadi a fait son entrée à la 54ème place du classement Forbes des personnalités les plus puissantes de la planète l’année dernière. Les Etats-Unis ont offert 10 millions de dollars pour sa capture.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*