Chine – USA : Rira bien qui rira le dernier

L’abaissement de la notation américaine, vendredi 5 aout dernier, par l’agence Standard & Poors, de AAA à AA-, n’a pas fait plus heureuse que la Chine, laquelle joue depuis à la donneuse de leçon. Mais, en réalité, l’Empire du Milieu n’est lui-même pas à l’abri de tout danger économique.
« Si les pays développés, parmi lesquels les Etats-Unis et l’Europe, refusent d’assumer leur responsabilité, cela va avoir de graves conséquences sur la stabilité du développement de l’économie mondiale », se permettait de mentionner le fameux « Quotidien du peuple », magazine du Parti Communiste Chinois. « Les pays concernés doivent adopter des politiques monétaires et budgétaires concrètes responsables afin de réduire leur déficit et résoudre leur problème de dette pour permettre un fonctionnement stable et sûr du marché des investissements et pour maintenir la confiance des investisseurs dans le monde » renchérissait mardi, dans le même ordre d’idée, le Premier Ministre chinois, Wen Jiabao. Par le biais de multiples interpellations de ce genre, la Chine, qui est le plus grand créancier étranger des USA, ne boude pas son plaisir à enseigner à ces derniers le contentement. Et, avec plus de 4 600 milliards de dollars de réserves de change en juin 2011 et 1160 milliards de dollars en bons du Trésor américain, la pilule chinoise, bien que difficile à avaler, doit passer par la gorge américaine souffrante de sa boulimie consommatrice.
Néanmoins, la Chine, elle aussi, sait vivre au dessus de ses moyens. Bientôt, elle fera fort probablement face à un début de crise de l’endettement de ses collectivités locales. Celles-ci renflouaient leurs caisses en cédant des terrains à des promoteurs immobiliers. Mais, la valeur de ces articles a baissé de moitié en l’espace d’une année, embarrassant des collectivités truffées de dettes à hauteur de 1 600 milliards de dollars américains. Une situation qui pourrait mener la Chine à une crise bancaire alors que les chiffres officiels parlaient de 530 milliards de dollars seulement d’endettement. Bien qu’atténué au vu de la richesse chinoise, ce danger fait office d’avertissement pour la Chine.

A propos de Fitzpatrick 1331 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*