Procès Habré : Habré cerveau et animateur de la répression, selon l’acte d’accusation

Hissène-HabréSelon l’acte d’accusation lu mardi devant le tribunal spécial africain, l’ex-président tchadien Hissène Habré était le cerveau et l’animateur en personne de la répression sous son régime entre 1982 et 1990.

Le document de l’accusation indique que, parmi tous les acteurs du système de répression, Hissène Habré est celui qui a été le plus mis en cause. Il en aurait été le cerveau, l’organisateur en chef. Il en était aussi l’animateur. « Ces organes de répression agissaient sous le contrôle direct de Hissène Habré et le principal d’entre eux, la Direction de la documentation et de la sécurité (DDS), sa police politique, était l’œil et l’oreille du président de la République », précise l’ordonnance.

M. Habré selon le texte, recevait quotidiennement le compte rendu des activités menées par la DDS et tenait à être informé de tout ce qui (s’y) passait. Les ordres d’arrestation, de détention et de libération venaient de lui. En outre, il intervenait personnellement dans la mise en œuvre de la répression, selon un témoin cité par le tribunal, qui affirme avoir été interrogé puis giflé par Hissène Habré en personne.

Parmi les tortures pratiquées par la DDS – décharges électriques, pulvérisation de gaz dans les yeux, piment dans les parties intimes, ingurgitation forcée d’eau – figurait l’arbatachar, caractéristique de la répression tchadienne, consistant à attacher dans le dos les bras et les jambes du détenu, provoquant de graves difformités et la paralysie des membres.

Malgré quelques perturbations durant le procès, dont l’expulsion par les gendarmes d’un Tchadien qui disait vouloir faire une déclaration, les greffiers ont poursuivi la lecture entamée lundi de la longue ordonnance de renvoi et de mise en accusation.

Le procès devant les Chambres africaines extraordinaires (CAE), tribunal spécial créé en vertu d’un accord entre le Sénégal et l’Union africaine (UA), s’est ouvert le 20 juillet et a été ajourné de 45 jours dès le lendemain pour permettre aux avocats commis d’office pour la défense de prendre connaissance du dossier. Hissène Habré refuse de se défendre devant ce tribunal qu’il récuse et rejette tout contact avec ses trois avocats commis d’office.

A propos de Fitzpatrick 1332 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*