Un Français lié aux attentats de Paris tué dans un raid de la coalition contre l’EI

Dix chefs de l’organisation djihadiste Daesh, dont un Français, Charaffe Al-Mouadan, un des présumés auteurs des attentats ayant fait 130 morts le 13 novembre à Paris, en France, auraient été tués ces dernières semaines dans des raids aériens de la coalition internationale conduite par les Etats-Unis contre l’Etat islamique en Syrie et en Irak, a annoncé mardi, le colonel Steve Warren, porte-parole américain de la coalition.

En vidéoconférence depuis Bagdad, le colonel Steve Warren n’a pas précisé si les forces françaises, qui bombardent l’EI en Syrie et en Irak, étaient impliquées dans l’opération qui a coûté la vie à Charaffe Al-Mouadan. Ce dernier est présenté comme un combattant de l’Etat islamique « lié directement » au djihadiste belge Abdelhamid Abaaoud, instigateur présumé des attentats de Paris et Saint-Denis.

Agé de 26 ans, Charaffe Al-Mouadan était un ami d’enfance de l’un des kamikazes du Bataclan, Samy Amimour. Ces eux derniers avaient été arrêtés à la mi-octobre 2012 en France en compagnie d’un troisième individu alors qu’ils projetaient de partir combattre au Yémen ou en Afghanistan. Les trois hommes avaient rompu leur contrôle judiciaire pour se rendre en Syrie en août 2013.

Selon le porte-parole de la coalition, Charaffe Al-Mouadan « préparait activement d’autres attaques » au moment où il a été tué.

Parmi les autres chefs djihadistes qui ont été tués figurent Abdoul Kader Hakim, tué le 26 décembre lors d’un raid contre la ville irakienne de Mossoul. Il était chargé de faciliter les opérations extérieures de l’Etat islamique et était en liaison avec le réseau des auteurs des attaques du 13 novembre à Paris.

Siful Haque Sujan, un citoyen du Bangladesh tué en décembre dans un raid près de Raqqa, la capitale des territoires contrôlés par l’Etat islamique, était un ingénieur en informatique formé en Grande-Bretagne. Il faisait partie selon les Etats-Unis, des équipes de hackers de l’Etat islamique et aidait également l’organisation à se protéger des attaques informatiques, à déjouer les moyens de surveillance électronique et contribuait à développer des armes artisanales.

A propos de Fitzpatrick 1314 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*