La France tente de relancer le processus de paix israélo-palestinien

Une réunion internationale sur le conflit israélo-palestinien s’est ouverte  ce vendredi à Paris, à l’initiative du gouvernement français qui tente de relancer le processus de paix au Proche-Orient.

Cette réunion, la première du genre depuis presque 10 ans, se tient à un moment particulièrement tendu et n’est pas perçue d’un bon œil par l’Etat hébreu.

Cette conférence rassemble les ministres et représentants d’une trentaine de pays occidentaux, arabes, les Nations unies et l’Union européenne, mais sans les deux principaux intéressés.

Pour Paris, il s’agit de réaffirmer solennellement l’engagement international en faveur de la solution à deux Etats. La réunion doit lancer un processus de travail international et convaincre Israéliens et Palestiniens de reprendre les négociations d’ici fin 2016.

Les participants n’entreront pas ce vendredi dans les détails ni les paramètres d’une future négociation, inscrits dans de nombreuses résolutions et textes internationaux.

Paris souhaite la mise en place de groupes de travail autour de thèmes précis comme des incitations économiques pour faire la paix, des mesures pour faire baisser la tension sur le terrain et des garanties pour assurer la sécurité régionale.

Est également envisagée, selon des sources diplomatiques, l’examen de l’initiative arabe de 2002 qui proposait des relations normalisées avec Israël dans le cadre d’une paix globale et d’un retrait israélien des Territoires palestiniens.

Mais l’Etat hébreu, qui est farouchement opposé à toute approche multilatérale du conflit et prône des négociations directes avec les Palestiniens, a déclaré à la veille de cette réunion, par la voix de son ministère des Affaires étrangères, que l’initiative française était vouée à l’échec.

Le processus de paix israélo-palestinien est au point mort depuis l’échec des dernières négociations directes menées sous l’égide des Etats-Unis en 2014.

La tentative française pour relancer ce processus, intervient dans un contexte des plus défavorables. Plus de 200 Palestiniens et une trentaine d’Israéliens sont morts depuis le 1er octobre dernier dans des représailles israéliennes qui répondent à des attaques palestiniennes au couteau.

Israël poursuit sa colonisation dans les territoires palestiniens, au détriment de la solution de l’ONU prônant une solution à deux Etats. La situation ne devrait pas s’arranger avec la nouvelle composition du gouvernement israélien qui se trouve être l’un des plus à droite de l’histoire du pays.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*