Bahreïn : 138 personnes trainées en justice pour terrorisme

Les autorités de Bahreïn ont traîné en justice, 138 suspects auxquels il est reproché, entre autres, d’avoir constitué une organisation «terroriste» en lien avec la république islamique d’Iran, a indiqué mardi, un procureur bahreïni.

Cité par l’agence de presse officielle BNA, le procureur Hamad Chahine a précisé que 86 de ses suspects sont détenus à Bahreïn et les 52 autres sont en cavale, en Irak ou en Iran.

Ces suspects, a-t-il précisé, «sont accusés d’avoir créé et supervisé le groupe +Brigades Zoulfiqar+, d’appartenir à cette formation, d’avoir causé des attentats, possédé des explosifs et de s’être entraînés à l’utilisation des armes et des explosifs». Les mêmes personnes sont aussi accusées d’«espionnage pour un pays étranger» dans l’objectif de «mener des attaques à Bahreïn» et d’implication dans des émeutes.

Manama accuse régulièrement Téhéran de vouloir déstabiliser le petit royaume de Bahreïn, qui est un pays du Golfe à majorité chiite, depuis la répression en 2011 d’une vague de protestation appelant la dynastie sunnite à mettre en place une monarchie constitutionnelle et à organiser l’élection d’un Premier ministre.

L’agence de presse BNA a affirmé que les leaders de l’«organisation terroriste» ont constitué «une aile militaire à Bahreïn» et mené «plusieurs attaques terroristes dans le royaume après avoir été formés à l’étranger dans des camps militaires supervisés par les Gardiens de la révolution», l’armée d’élite iranienne sur les territoires irakien et iranien. Ce média n’a pas précisé si l’ensemble des membres de ce groupe sont Bahreïnis, se contentant juste d’indiquer que leur procès devrait s’ouvrir le 23 août prochain.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*