Syrie : Washington et Moscou se disputent la mort du numéro deux de l’Etat islamique

La Russie et les Etats-Unis, toutes deux activement impliquées dans la lutte contre l’Etat islamique en Syrie, revendiquent chacun de son côté, la responsabilité de la mort d’Abou Mohammed al-Adnani, le numéro deux de l’organisation de l’Etat islamique en Syrie surnommé le «ministre des attentats», dont l’incertitude continue de planer sur les circonstances de sa mort.

L’Etat islamique a confirmé mardi la mort de son chef, mais sans préciser la date, ni les circonstances de sa mort. Et cette imprécision alimente la guerre des déclarations. Le Pentagone affirme que la coalition internationale antidjihadiste menée par les Etats-Unis a procédé à une frappe aérienne près d’Al-Bab, dans le nord-est d’Alep, et que cette frappe avait pour cible Abou Mohammed al-Adnani. Mais selon la Défense américaine, le résultat de cette opération était encore en cours d’évaluation.

Pour sa part, le ministère russe de la Défense a déclaré hier mercredi, que le haut responsable djihadiste faisait partie d’un groupe d’une quarantaine de combattants de l’Etat islamique tués mardi par une frappe d’un bombardier russe Su-34 près du village de Qum Hoch, dans la région d’Alep, dans le nord de la Syrie. La revendication russe a été qualifiée de blague par un responsable américain de la Défense.

Abou Mohammed al-Adnani était considéré par les services de renseignement occidentaux comme le « ministre des attentats » de l’Etat islamique. Il s’était notamment illustré en exhortant ses partisans à passer à l’action dans leur pays d’origine en utilisant n’importe quelle arme disponible (couteau, pierre ou véhicule) contre les citoyens des pays membres de la coalition antidjihadiste.

Quel qu’en soit le pays responsable, sa mort est une nouvelle perte considérable pour l’organisation djihadiste qui ne cesse de multiplier les revers sur ses différents fronts.

A propos de Fitzpatrick 1286 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*