L’organisation Etat Islamique en Irak recourt aux boucliers humains pour se défendre

D’après des témoins, les combattants de l’organisation Etat Islamique (EI), qui se sentent acculés par  l’offensive menée par l’armée irakienne contre leurs bases à  Mossoul (nord), utilisent la population civile comme boucliers humains pour se défendre.

Des habitants de Mossoul, la deuxième grande ville du nord de l’Irak, dernier bastion  du mouvement djihadiste dans ce pays, ont affirmé mardi, que les djihadistes commençaient à se servir de civils comme boucliers humains pendant que les forces irakiennes et kurdes avancent vers Mossoul, où se réfugie encore le leader du groupe EI, Abou Bakr al Baghdadiqui  y avait proclamé un «califat» en juin 2014.

Certains habitants ont rapporté que les quartiers périphériques situés au sud et à l’est de Mossoul, qui sont les plus vulnérables aux affrontements, commençaient à être vidés par des familles qui trouvent refuge au centre-ville.

Les mêmes sources relatent que les combattants  de daech (acronyme arabe de l’’Etat Islamique) empêchent les civils de quitter Mossoul et contraignent certains habitants à demeurer dans les logements qu’ils occupent.

Pour Abou Mahir, qui réside à proximité de l’université de Mossoul, « il est évident que Daech a commencé à utiliser des civils comme boucliers humains en forçant les familles de s’installer dans des bâtiments qui seront probablement les cibles des frappes aériennes».

De son côté, le Premier ministre irakien, Haïdar al Abadi, a assuré mardi, que les voies de sortie et d’accès à Mossoul, ont été sécurisées de sorte que les civils aient la possibilité de s’enfuir. Mais, avant cela, ceux-ci doivent d’abord parvenir à quitter la ville.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*