Bagdad et Alger pour une prolongation de la réduction de la production de l’OPEP

Les gouvernements irakien et algérien sont pour une prolongation de la baisse de la production pétrolière annoncée par l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP) en 2016.

A l’occasion d’une conférence à Bagdad, l’Irak et l’Algérie ont indiqué que de « nouvelles idées » pourraient être présentées lors d’une rencontre de l’OPEP prévue le 25 mai, sans toutefois faire plus de commentaires.

En novembre dernier, l’OPEP avait décidé de réduire sa production journalière de pétrole à hauteur de 1,2 million de barils, afin d’entraîner une augmentation des prix. Pareille décision n’avait pas été prise depuis 2008.

Un mois plus tard, onze pays non membres de cette organisation ont annoncé une baisse de leur production pour atteindre un total de près de 1,8 million de barils par jour en moins. En mars dernier, l’OPEP a prévenu que ces baisses étaient susceptibles d’être prolongées.

Pour sa part, l’Irak s’était engagé à diminuer sa production de 210 000 barils par jour, la portant ainsi à 4,351 millions de barils par jour. Pour information, l’Irak est le deuxième plus important producteur de l’OPEP. Environ 95 % du budget de ce pays repose sur l’or noir.

La possibilité d’une prolongation de la baisse de la production de l’OPEP a stimulé les cours du brut jeudi. Quant aux réserves américaines de pétrole, elles ont reculé de 5,2 millions de barils.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*