Bahreïn : suspension du quotidien indépendant Al-Wasat

Le gouvernement bahreïni a annoncé dimanche la suspension, «jusqu’à nouvel ordre», du journal Al-Wasat, accusé de «provoquer des divisions dans la société » et de nuire aux relations étrangères du pays.

Dans un communiqué diffusé par l’agence officielle BNA, le ministère bahreïni de l’Information explique cette sanction suite à la publication, dimanche dernier, par ce quotidien indépendant d’un article qui « porte atteinte à un pays arabe ami». Il s’agirait, plus précisément, d’une allusion aux manifestations actuelles dans la région d’Al Hoceïma au nord du Maroc.

Ce n’est pas la première fois que ce journal est rappelé à l’ordre par les autorités bahreïnies. En janvier, le gouvernement avait suspendu durant trois jours la version en ligne du journal, l’accusant de «semer la sédition» dans le pays. Avant cela, Al-Wasat avait été interdit de parution pendant deux jours en août 2015.

La première suspension de ce quotidien remonte à avril 2011, dans un contexte de lancement d’un mouvement de protestation inspiré du Printemps arabe et initié par la majorité chiite, qui milite pour des réformes politiques : Al-Wasat avait été accusé d’avoir propagé des informations fallacieuses. Ainsi, son rédacteur en chef, Mansour al-Jimri, avait été condamné à payer une amende, après quoi le quotidien a de nouveau été autorisé.

Ces derniers temps, le pouvoir bahreïni s’est montré encore plus répressif par rapport à l’opposition en décidant de dissoudre deux mouvements politiques majeurs, en l’occurrence Al-Wefaq et Waad.

A propos de Fitzpatrick 1287 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*