Etats-Unis : Des extrémistes voulaient enlever la gouverneure du Michigan

Grâce à des informateurs et des agents infiltrés, le FBI est parvenu à déjouer un complot d’extrémistes qui s’apprêtaient à kidnapper la gouverneure démocrate du Michigan, Gretchen Whitmer, une des principales opposantes au président sortant Donald Trump.
Au cours de ce coup de filet, treize hommes liés à un mouvement d’extrême-droite ont été appréhendés et inculpés par le procureur du district Ouest du Michigan, Andrew Birge, précisant que six des 13 prévenus qu’il a qualifiés d’«extrémistes violents», planifiaient depuis des mois, l’enlèvement de Mme Whitmer avant le scrutin présidentiel du 3 novembre, avant de la juger pour «trahison», est-il mentionné dans l’acte d’accusation publié jeudi.
En outre, les 7 restants, qui sont liés au groupuscule local, « Wolverine Watchmen », ont été aussi interpellés et inculpés pour avoir prévu «une opération en vue d’attaquer le bâtiment du Capitole et kidnapper des responsables du gouvernement», dont Mme Whitmer, a précisé Dana Nessel, la ministre de la Justice de cet Etat américain.
En réaction, la gouverneure du Michigan n’a pas caché son effroi. « Quand j’ai prêté serment il y a 22 mois, je savais que ce travail pouvait être difficile. Mais pour être honnête, je n’avais jamais imaginé une chose pareille», a-t-elle déclaré lors d’un point de presse, avant d’accuser le chef d’Etat sortant de « légitimer » les actions des « terroristes de l’intérieur » en refusant, entre autres, de dénoncer les suprémacistes blancs il y a une semaine, lors de son premier débat avec son adversaire, le démocrate Joe Biden.

A propos de Fitzpatrick Georges 1514 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*