Nucléaire : l’Iran dit non à la visite de Parchin

Nucléaire l’Iran dit non à la visite de ParchinTout récemment, l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) avait demandé aux autorités iraniennes l’accès au site militaire de Parchin, soupçonné d’être le théâtre d’un programme nucléaire à visées militaires. Une sollicitation rejetée mardi par l’Iran.

Une fois de plus, l’AIEA n’a pas pu visiter Parchin. Pourtant, cette agence avait fait des promesses à Téhéran portant, notamment, sur un accord global liant les deux parties. Un engagement qui aurait pour objectif d’élucider le programme nucléaire iranien une fois pour toutes. En vain. Refusant l’accès à son site militaire, l’Iran réclame plutôt « un accord général dans lequel ils (les responsables de l’AIEA) reconnaissent nos droits au nucléaire pacifique et, en contrepartie, nous prendrons les décisions pour répondre à leurs inquiétudes ». Des propos tenus par Ramin Mehmanparast, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères. Ce type de déclarations commence même à s’assimiler à une rengaine, tant Téhéran n’a pas changé de langage depuis un an et le début de ses discussions avec l’AIEA. Cette dernière également a son refrain : ainsi, Yukiya Amano, le responsable de l’AIEA, a, à nouveau, demandé « à l’Iran de fournir sans autre délai un accès au site de Parchin, qu’un accord soit atteint ou non sur une approche structurée ». Cette dernière désigne un accord permettant aux inspecteurs de l’AIEA d’accéder de manière plus large à des sites, des documents et des personnes. Ce, afin de déterminer la nature exacte du programme nucléaire iranien.

Pour rappel, l’AIEA pense que Téhéran a effectué des tests d’explosion conventionnelle applicable au nucléaire sur son site militaire de Parchin, essais après lesquels les autorités veillent à effacer toute trace. Pour soutenir ces allégations, l’agence onusienne s’est, entre autres, appuyée sur des images satellite. Malgré ces preuves, l’Iran estime, de son côté, que Parchin se situe hors du cadre des investigations des Nations Unies.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*