Les élections révèlent un Iran plus économique que militaire

iran-presidentielle-mAprès 8 ans de règne à la tête de l’Iran, Mahmoud Ahmadinejad dépose son tablier et le pays est en pleines élections pour élire son successeur. En lice 6 candidats se présentent pour prendre la relève. A travers ces candidats, 3 grands courants s’expriment. Le premier courant est celui de ceux qui se considèrent comme les candidats de l’ouverture et appellent à une nouvelle politique internationale. Ce groupe est mené par le candidat Hassan Rohani, ancien négociateur de l’affaire nucléaire de l’Iran avec les nations unis. Le second courant consacre les conservateurs qui ont réussi lors des dernières élections à placer un des leurs. Soutenus par le guide suprême du pays, Ali Khamenei, ces derniers sont pour plus de radicalisation et considère que l’Iran doit continuer son programme nucléaire. Les réformateurs ont décidés quant à eu de soutenir le camp des modérés.

En effet, pour une grande partie de la population iranienne, les enjeux sont aujourd’hui économiques et non politique. Avec sa fermeture et ses positions tranchées en matière du nucléaire et de la crise palestino-israélienne, le pays s’est amputé d’un partenariat économique avec l’occident. Cette position, entrainant des embargos et plusieurs autres types de sanctions qui ont eu un impact sérieux sur l’économie du pays. Pour les conservateurs, cette impact reste limité, à titre d’illustration, ils estiment que seulement 30% de l’inflation serait du aux sanctions imposées par l’occident et les 70% restant sont liés à une mauvaise gestion des autorités actuelles. Les revenus du pétrole ont fortement baissés lors du dernier mandat et les banques du pays souffrent d’une exclusion des circuits financiers internationaux.

Derechef, tous les candidats partages au moins deux points communs, à savoir le maintient d’un Etat Islamique et l’imputation des échecs socio-économiques au régime d’Ahmadinejad qui a un bilan lourd à défendre. Les premiers résultats des élections seront disponibles demain, jusque là les candidats sont sommés de ne faire aucune déclaration de victoire prématurée.

A propos de Fitzpatrick 1366 Articles

Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*