France-Tchad : Ouverture de l’affaire Deby

Le mardi dernier s’ouvrait, aux assises des Hautes-Seines (France), le procès de cinq hommes présumés avoir fatalement agressé Brahim Déby, le fils du président tchadien, retrouvé mort dans le parking de son immeuble à Courbevoie le 2 Juillet 2007. Quatre des accusés ont été arrêtés en 2008 pour avoir attaqué la victime moyennant un pistolet à impulsions électriques tandis que le dernier aurait fourni des informations sur le mode de vie de Brahim Déby.

D’ailleurs, la première journée de cette affaire, qui se déroulera jusqu’au 8 juillet, a été consacrée à examiner le quotidien de Brahim Déby afin de savoir si cela « peut expliquer une partie des faits », selon le président de la cour, Jean-Pierre Getti. Avant sa disparition, Brahim Déby était déjà connu de la police française : menant la dolce vita, il avait été condamné à six mois de réclusion avec sursis pour port d’arme et détention de drogues en 2006. Des faits confirmés par l’enquête de police, à l’instar des dépenses immodérées en night club (au moins 27.000 dollars la veille de son agression), des locations de somptueuses voitures et villas…Ce qui attirait du monde dans son entourage, dont un des accusés, loueur de voitures et considéré comme le cerveau du groupe.

D’après l’aveu de deux d’entre eux, ces hommes ne voulaient que voler à Brahim Deby du liquide qu’il gardait chez lui sans le tuer. Ce qu’ils n’ont pas réussi à faire, se contentant simplement de 50.000 euros (68.000 dollars) soutirés de ses poches. Une somme parmi tant d’autres que recense cette affaire, aussi faramineuses les unes que les autres. Même s’il est question de crime, on ne peut éviter de déplorer les gabegies dans lesquelles les familles de nombreux hauts responsables africains vivent en Occident. Cela a d’ailleurs été récemment soulevé avec le cas des présidents Sassou Nguessou du Congo-Brazzaville et Nguema Obiang de Guinée-Equatoriale dont les proches se permettent bien de folies dans l’Hexagone. Pendant qu’en moyenne, 3 quarts d’africains vivent en dessous du seuil de pauvreté.

A propos de Fitzpatrick 1318 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

1 Commentaire

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*