Quel avenir pour les relations entre la Libye et Israël ?

La question des relations que nouera le nouveau pouvoir libyen avec l’Etat hébreu est posée par la révélation de contacts entre les deux parties peu après le début de l’insurrection.
Jusqu’à la chute du régime Kadhafi, Israël a refusé de prendre officiellement position entre le pouvoir libyen et les rebelles alors qu’il avait été sollicité par les deux camps. Pourtant le site israélien Inyan Merkazi révélait en mars 2011 qu’une société israélienne procédait au recrutement de mercenaires dans plusieurs pays africains pour le compte du colonel Kadhafi avec la bénédiction des autorités israéliennes qui craignaient alors l’avènement d’un régime islamique extrémiste. Peu après, Israël établissait des contacts secrets avec le CNT (Conseil National de Transition) libyen dans l’espoir de l’établissement d’un gouvernement efficace et démocratique. Maintenant que le CNT est au pouvoir, et au-delà de nombreux espoirs pour l’avenir de leurs relations, la principale crainte de l’Etat hébreu est de voir une partie des nombreuses armes en circulation parvenir à des organisations terroristes. Déjà, les services de renseignements israéliens ont révélé le transport important d’armement, particulièrement des mortiers et des missiles, depuis le sud de la Libye, en passant par le Sinaï, à destination de la bande de Gaza.
Pour juguler ce trafic, Israël envisage une présence sur le territoire libyen. Les services de renseignements ukrainiens ont diffusé un document ultraconfidentiel qui révèle un accord entre le CNT et les autorités israéliennes pour l’installation d’’une base militaire israélienne en Libye, aux Monts verts.

A propos de Fitzpatrick Georges 1524 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise