Le successeur du mollah Omar confirme sa volonté de paix

akhtar-mansourLe nouveau chef des talibans afghans Akhtar Mohammad Mansour a effectué sa première prise de parole depuis sa nomination mercredi dernier sur le réseau social Facebook. Il s’est adressé aux durs du mouvement intégriste, les encourageant à poursuivre les négociations de paix avec le gouvernement afghan.

Patience et tolérance, au lieu de l’imposition, sont les recommandations faites par le mollah Mansour à ses frères d’armes pour parvenir à leur objectif de voir le système islamique de la charia entrer en vigueur dans le pays. Il s’est également érigé contre la propagande qui fait du gouvernement de Kaboul un vassal de l’Occident et qui doit à ce titre être renversé. Ce faisant, le mollah Mansour confirme la direction, supposée jusqu’alors, qu’il compte donner au mouvement taliban. Adjoint du mollah Omar, il est considéré comme proche de l’ISI, les services de renseignements militaires pakistanais, qui ont aidé à la création des talibans dans les années 1990. Or, le Pakistan soutient fortement les négociations de paix avec le gouvernement du président Ashraf Ghani, officiellement entamées à Kaboul le mois dernier.

La nomination d’Akhtar Mohammad Mansour à la tête du mouvement divisé des talibans après l’officialisation de la mort mercredi dernier du mollah Omar est très contestée. La relation de Mansour avec le Pakistan fait qu’il est souvent étiqueté par ses adversaires comme un instrument de l’ISI. Mardi, un haut responsable des talibans a annoncé sa démission pour marquer son désaccord avec sa nomination. En plus de calmer les inquiétudes et se rallier ses détracteurs, Akhtar Mohammad Mansour devra apaiser les rivalités au sein du mouvement entre les Pachtounes de Kandahar, sa région, et ceux de l’Est afghan, et stopper le ralliement croissant des combattants talibans à l’organisation extrémiste de l’Etat islamique.

A propos de Fitzpatrick 1315 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*