L’ONU rejette la demande russe d’ajouter deux groupes rebelles syriens sur la liste noire

Des membres du Conseil de sécurité des Nations unies ont bloqué la tentative de Moscou d’ajouter deux groupes rebelles syriens à la liste des organisations «terroristes» et de les écarter ainsi du processus de paix syrien.

Des sources diplomatiques ont rapporté ce mercredi, que le Royaume-Uni, la France, les Etats-Unis et l’Ukraine ont bloqué une proposition déposée aux Nations unies par la Russie pour classer sur la liste noire, les groupes rebelles syriens Jaïch al-Islam et Ahrar al-Cham en raison de leurs liens présumés avec l’Etat islamique et le Front al-Nosra, la branche syrienne d’Al-Qaïda, laquelle proposition écarterait ces groupes du processus de paix syrien.

Jaïch al-Islam (L’Armée de l’Islam) est un groupe rebelle majeur en Syrie, le plus important dans la région de Damas, soutenu par l’Arabie saoudite, et fait partie du Haut comité des négociations, (HCN). Ce dernier est le principal organe représentant l’opposition aux pourparlers de paix de Genève sur la Syrie et est soutenu par les pays occidentaux et les monarchies du Golfe.

Ahrar al-Cham pour sa part a refusé d’intégrer le HCN, estimant que les groupes «révolutionnaires» y étaient mis sur la touche mais était cependant présent à la dernière séance de discussions à Genève.

 D’inspiration salafiste, Ahrar al-Cham est financé par la Turquie et les Etats du Golfe et a notamment combattu aux côtés du Front al-Nosra près d’Alep et dans la province d’Idleb, mais a nié l’an dernier, partager l’idéologie d’Al-Qaïda et avoir le moindre lien d’organisation avec Al-Nosra.

Le refus des quatre membres du Conseil de sécurité a suffi à bloquer la requête russe étant donné que la décision d’ajouter des individus ou des entités à la liste noire doit être prise à l’unanimité des quinze membres. La mission américaine à l’ONU a estimé que cette décision «aurait pu avoir des conséquences néfastes sur la trêve» et les négociations de Genève.

A propos de Fitzpatrick Georges 1374 Articles

Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*