Les rebelles totalement encerclés à Alep par l’armée syrienne

L’armée syrienne et ses alliés ont pris le contrôle hier dimanche de la route du Castello, dernière voie de ravitaillement des secteurs tenus par les rebelles dans la ville syrienne d’Alep, où les rebelles sont désormais totalement encerclés.

Les troupes fidèles au régime de Damas sont parvenus à encercler totalement, les rebelles après de violents combats dans la nuit du samedi à dimanche.

Au moins 16 combattants rebelles ont été tués lors de l’avancée des troupes loyalistes au président Bachar al-Assad. Aussitôt, des bulldozers ont commencé à ériger des remblais de terre sur l’asphalte, pour couper définitivement cette route stratégique du Castello qui permettait d’acheminer vivres, renforts et munitions depuis la province d’Idleb, plus à l’ouest.

Pour le gouvernement syrien, l’encerclement total d’Alep est un succès majeur à plus d’un titre. Il écarte le danger de la prise de cette ville par les rebelles et réduit sensiblement l’influence de la Turquie et de l’Arabie saoudite qui appuient les principaux groupes islamistes actifs dans la région.

Mais avec cette dernière évolution, ce sont entre 200.000 et 300.000 civils, qui vivent encore dans cette zone qui échappe au contrôle du gouvernement syrien depuis 2012, qui se retrouvent désormais pris au piège. Et si l’acheminement de vivres n’est pas autorisé par le régime, le manque de produits alimentaires et de mazout nécessaire pour faire fonctionner les boulangeries risque de s’aggraver dans les jours qui viennent, ce qui alimente considérablement les craintes d’un désastre humanitaire.

La semaine dernière, les Nations unies avaient appelé «toutes les parties à autoriser la livraison de l’aide humanitaire» et à «l’évacuation des civils qui le désirent».

Plus de 600.000 personnes vivent dans des zones assiégées en Syrie, dans la plupart des cas par les forces du régime, sans accès à la nourriture ni à une aide médicale. Au risque d’une crise humanitaire, s’ajoute l’intensification des bombardements. Au moins 28 civils dont des enfants ont été tués samedi, dans des raids aériens sur les quartiers rebelles.

A propos de Fitzpatrick 1363 Articles

Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*