La Belgique et les Pays-Bas augmentent leur contribution financière à l’UNRWA

Amsterdam et Bruxelles se sont engagés à octroyer au total la somme de 38,5 millions de dollars à l’agence de l’ONU pour l’aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA).

Plus précisément, la Belgique s’est engagée à financer l’UNRWA à hauteur de 23,3 millions de dollars. Quant au gouvernement néerlandais, il compte accélérer le financement supplémentaire de 15 millions de dollars.

La ministre néerlandaise de l’Aide internationale, Sigrid Kaag, qui a travaillé pour le compte de l’UNRWA et dont l’époux est un ancien ministre palestinien, a indiqué qu’elle mettrait dans l’immédiat à la disposition de l’organisme onusien d’aide aux réfugiés palestiniens son enveloppe annuelle de 15 millions de dollars.

Par ailleurs, l’UNRWA a affirmé avoir reçu plus de 350 millions de dollars d’aide des Etats-Unis en 2017. Mais, pour ce qui est de cette année, Washington n’entend pas se montrer si généreuse.

Les autorités israéliennes ont accusé cette agence de l’ONU d’abriter des activités terroristes contre leur pays. A ce propos, un tunnel du Hamas a été découvert en octobre dernier dans un établissement scolaire dirigé par l’UNRWA dans la bande de Gaza.

En outre, le gouvernement israélien a accusé les instituteurs du même organisme onusien d’employer des livres antisémites et anti-israéliens. Enfin, la définition de réfugié de l’UNRWA perpétue l’intransigeance et la souffrance des Palestiniens, estime Israël.

En imposant depuis des années un blocus quasi-général au peuple palestinien, les forces d’occupation sionistes s’acharnent contre toute ONG ou association qui apportent leur aide aux Palestiniens.

A propos de Fitzpatrick Georges 1464 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*