Le Qatar en négociations pour l’acquisition de missiles anti-aériens russes

Citant l’ambassadeur de l’émirat du Qatar à Moscou, l’agence de presse russe Tass rapporte que le Qatar, isolé depuis l’été dernier par ses  voisins qui l’accusent de «soutenir des terroristes», est en discussions avec Moscou en vue de l’acquisition de missiles anti-aériens russes S-400.

Le Qatar évoquait la possibilité d’acquérir cet armement depuis l’été dernier. D’après Fahad ben Mohammed al Attiyah, les discussions sur ce dossier en seraient à un stade avancé. Le Qatar négocierait également avec la Russie l’achat de matériels informatiques pour équiper ses troupes au sol.

Plusieurs pays du Proche-Orient, d’Afrique du Nord et d’Asie du Sud-Est se disent intéressés par les systèmes russes de défense antiaérienne S-400. Conçu par le bureau d’études Almaz-Anteï, le système S-400 Triumph est en dotation dans l’armée russe depuis 2007.

C’est un système de missiles sol-air de grande et moyenne portée destiné à abattre tout type de cible aérienne comme des avions, des drones et des missiles de croisière hypersoniques. Le système est capable de tirer simultanément 72 missiles sur 36 cibles qu’il détecte à une distance de 600 kilomètres.

Le Qatar est en crise avec l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l’Egypte qui lui reprochent de soutenir des  mouvements «terroristes» dans la région et d’être trop proche de l’Iran. Depuis le 5 juin dernier, ces pays ont brusquement coupé leurs relations commerciales et diplomatiques avec le Qatar à qui ils ont imposé en plus un blocus.

Cette crise nourrit une course aux armements dans la région. Alors que l’Arabie saoudite a également prévu d’acheter les mêmes missiles russes S-400 que le Qatar, l’émirat a déjà acheté depuis juin dernier des avions militaires américains, britanniques et français (des Rafales).

A propos de Fitzpatrick Georges 1389 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*