Le Haut commissaire aux droits de l’Homme de l’ONU s’en prend au pouvoir égyptien

Le Haut Commissaire aux droits de l’Homme de l’ONU a dénoncé mercredi un « climat généralisé d’intimidation » en Egypte à l’approche du scrutin présidentiel, caractérisé par une multiplication des interpellations et un musellement des organes de la presse indépendante.

L’ensemble des adversaires du chef d’Etat égyptien Abdel Fattah al-Sissi, qui est candidat à sa propre succession, se sont retirés de la course à la présidence. Ils ont dénoncé un système ayant pour objectif d’assurer un triomphe au président sortant. A l’opposé, le pouvoir certifie que l’élection sera équitable.

Dans un rapport annuel auprès du Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies à Genève, Zeid Ra’ad a indiqué que « les potentiels candidats (à l’élection présidentielle) auraient fait l’objet de pressions afin de se retirer de la campagne, et certains ont été arrêtés ».

La législation ne permet pas aux candidats et aux partisans d’organiser des meetings, a-t-il poursuivi. Quant aux organes de presse indépendants, ils « ont été réduits au silence, avec plus de 400 médias et de sites d’ONG entièrement bloqués », a fait savoir le Haut commissaire onusien.

Il s’agit d’ « accusations sans fondement », a réagi le ministère égyptien des Affaires étrangères » par voie de communiqué. La diplomatie égyptienne a demandé à Zeid Ra’ad « d’arrêter d’attaquer sans droit l’Etat égyptien », et, en lieu et place, « de prêter attention aux progrès accomplis en matière de démocratisation ».

A propos de Fitzpatrick Georges 1420 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*