Le crash de l’avion militaire algérien soulève de nombreuses interrogations

Plusieurs Médias et observateurs s’interrogent sur les circonstances et les causes exacte du crash de l’avion militaire algérien avec à son bord 247 passagers et 10 membres d’équipage, à son décollage mercredi matin de la base aérienne de Boufarik (Blida), à 25 Km au sud d’Alger.

Le bilan officiel communiqué par le ministère de la défense fait état de 257 morts et ne parle d’aucun survivant, mais d’autres sources bien informées signalent la présence à bord de cet avion, d’une trentaine de membres du Front Polisario. Les victimes du crash, ajoute le document, sont principalement des militaires et leurs familles.

Les mêmes sources s’interrogent sur l’identité et la nature de la présence  d’une trentaine de Sahraouis dont des cadres du Front Polisario à bord de l’avion militaire algérien de fabrication russe, un Iliouchine II-76 qui partait en direction de l’aéroport militaire de Tindouf, au sud-ouest algérien où sont implantés les camps de réfugiés sahraouis et le QG du Polisario.

A en croire Oubi Bouchraya, le représentant du Front Polisario à Paris, il s’agit de «ressortissants sahraouis, des civils, des étudiants, des malades et leurs accompagnateurs qui étaient soignés à Alger dans le cadre d’un accord de coopération signé entre l’Algérie et la République sahraouie depuis les années 1970», mais, a-t-il ajouté, il y avait également deux cadres du Front Polisario à bord de l’avion.

Défaillance technique, état vétuste, surcharge, la raison de cet accident n’a pas encore été déterminée et le vice-ministre algérien de la Défense et chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP), le général Ahmed Gaïd Salah qui s’est rendu aussitôt après le crash, sur les lieux de l’accident, a notamment annoncé, la mise en place immédiate d’une commission d’enquête pour en déterminer les circonstances.

Un deuil national de trois jours a été décrété par le président algérien, à compter d’hier mercredi alors que le chef du Polisario décrétait un deuil d’une semaine dans les camps de Tindouf.

A propos de Fitzpatrick Georges 1476 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*