L’inauguration de l’ambassade américaine à Jérusalem accompagnée d’un bain de sang palestinien

C’est dans le sang que l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem a été inaugurée hier lundi. Alors que plusieurs personnalités israéliennes et américaines participaient à la cérémonie à Jérusalem, plus de 59 Palestiniens ont été froidement abattus par les tirs des soldats du Tsahal, l’armée israélienne lors de manifestations à Gaza.

C’est Ivanka Trump, la fille du président des Etats-Unis, qui a inauguré la plaque flambant neuve de la nouvelle ambassade américaine. Mais à seulement 90 kilomètres de là, l’ambiance était tout autre.

Dès le matin, des milliers de Palestiniens s’étaient massés à différents endroits de la frontière de Gaza avec Israël pour protester contre le transfert de l’ambassade américaine de Tel-Aviv à la ville sainte d’Al Qods occupée (Jérusalem).

Rapidement, la situation a dégénéré et des heurts ont éclaté avec les soldats israéliens qui ont ouvert le feu en réponse à des jets de pierre et pour empêcher les manifestants de passer la frontière.

L’armée israélienne a également déclaré avoir mené plusieurs raids aériens contre des structures du mouvement Hamas à Gaza, «en réponse aux actions violentes du mouvement islamiste palestinien». Le bilan encore provisoire hier lundi dans la soirée faisait état d’au moins 59 Palestiniens tués et de plus de 2.000 autres blessés, ce qui fait d’hier lundi la journée la plus meurtrière du conflit israélo-palestinien depuis l’agression sioniste contre le peuple palestinien en 2014.

Alors que les autorités américaines et israéliennes célébraient le déménagement de l’ambassade des USA, le président palestinien, Mahmoud Abbas dénonçait de son côté, un «massacre» des jeunes palestiniens par le Tsahal dans la bande de Gaza.

La décision de Donald Trump de transférer l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem a créé la polémique, Jérusalem étant historiquement disputée entre Israéliens et Palestiniens. La communauté internationale estime que c’est aux deux parties de parvenir ensemble à un accord sur le statut de la ville sainte qui abrite les symboles des trois religions monothéistes.

A propos de Fitzpatrick Georges 1437 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*