La justice bahreïnie déchoit 115 personnes de leur nationalité

La justice bahreïnie a condamné mardi au cours d’un procès de masse, 115 personnes accusées de terrorisme à diverses peines de réclusion, dont la prison à vie, et les a déchues de leur nationalité bahreïnie, a annoncé le procureur général du royaume.

La justice de Bahreïn reproche aux 115 ressortissants bahreïnis leur implication dans un «complot terroriste» avec les Gardiens de la révolution iraniens.

Selon le procureur, ces condamnés étaient membres d’une organisation de 138 personnes nommée « Phalanges Zulfikar », constituée de Bahreïnis sélectionnés et formés par les Gardiens de la révolution en vue de perpétrer des attentats dans leur pays.

Ainsi, la justice bahreïnie a condamné 53 des accusés à la prison à perpétuité tandis que trois autres ont écopé d’une peine de 15 ans de réclusion, un, de 10 ans de prison, 15, de 7 ans de prison, 37, de 5 ans de réclusion et 6, de trois ans de prison. Par contre, 23 accusés ont été acquittés.

D’après une source judiciaire, l’ensemble des prévenus sont de confession chiite. En outre, 86 des accusés dans cette affaire étaient détenus, a précisé le procureur. Par conséquent, le reste des personnes poursuivies sont en cavale.

Ce procès a été dénoncé par le Bahrain Institute for Rights and Democracy (BIRD), selon lequel le dernier verdict porte à 719 le nombre de citoyens bahreïnis déchus de leur nationalité depuis que ce type de jugement a été lancé en 2012.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*