Les produits saoudiens et émiratis interdits de vente au Qatar

Le gouvernement qatari a annoncé en fin de semaine dernière dans un communiqué, qu’il a décidé l’interdiction l’importation et la vente de produits en provenance des Emirats arabes unis, de l’Arabie saoudite, de Bahreïn et de l’Egypte.

Cette décision est annoncée à quelques jours du premier anniversaire de l’embargo imposé par ces quatre pays sur l’émirat.

D’après le communiqué du gouvernement qatari, les produits en provenance des pays appliquant le blocus au Qatar, doivent subir des inspections à l’importation et des procédures douanières et les autorités de Doha ont ordonné à tous les magasins du pays de retirer de leurs rayons tous les produits en provenance du groupe de pays qui boycottent le Qatar.

Un an après l’embargo instauré par l’Arabie saoudite et ses alliés, la décision des autorités qataries est avant tout symbolique puisqu’il ne reste plus beaucoup de produits en provenance de Riyad ou d’Abou Dhabi dans le pays. Elle témoigne surtout de la prise de conscience par les autorités de Doha de l’échec de leurs récentes tentatives d’envoyer des signaux de détente en direction de Riyad.

En juin 2007, l’Arabie saoudite, Bahreïn, les Emirats arabes unis et l’Egypte avaient rompu leurs relations diplomatiques ainsi que tous les liens aériens, maritimes et terrestres avec le Qatar, accusant ce pays du Golfe de soutenir le terrorisme et de s’aligner sur l’Iran contre les intérêts arabes, des accusations démenties par Doha. L’isolement qui en a découlé a coûté beaucoup d’argent au Qatar, l’obligeant à trouver de nouvelles solutions pour son approvisionnement et ses liaisons maritimes et aériennes.

Dans les premières semaines de l’embargo, les importations du Qatar ont chuté d’environ 40% par rapport à 2016 avant qu’elles ne reviennent à la normale, Doha ayant réussi à trouver de nouvelles sources de produits dans des pays comme la Turquie et à développer de nouvelles routes maritimes, notamment à Oman. Aucune partie ne montrant une tendance à infléchir sa position, le conflit entre les frères ennemis du Golfe est appelé à durer.

A propos de Fitzpatrick Georges 1493 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*