La contestation sociale gagne du terrain en Irak

La grogne sociale qui a débuté il y a une semaine en Irak, a pris de l’ampleur au cours du week-end dernier dans plusieurs villes du pays, où les Irakiens expriment de plus en plus leur ras-le-bol contre le chômage, le délabrement des services publics et  la corruption au sein de l’administration.

Deux personnes ont été assassinées dans la nuit de vendredi à samedi et divers rassemblements ont été violemment dispersés dimanche dans plusieurs villes, dont Bassorah, Najaf et Kerbala.

Rappelons que ce mouvement de contestation a débuté à Bassorah (sud) il y a une semaine. Cette localité demeurait secouée ce week-end : des contestataires s’en sont pris à un bâtiment public et ont essayé d’accéder aux installations pétrolières d’Al Zoubeir. Entre temps, ce soulèvement a atteint d’autres localités, dont la capitale irakienne, Bagdad.

En réaction, les autorités irakiennes ont adopté une série de mesures d’urgences. Ainsi, le Premier ministre irakien, Haider al-Abadi, a décidé de renforcer la sécurité : les forces de l’ordre ont été placées en alerte maximum mais il leur est interdit de tirer à balles réelles sur les protestataires.

Par ailleurs, un couvre-feu a été décrété à Bassorah et la connexion Internet y a été coupée. De plus, les forces armées ont été déployées tout autour des installations pétrolières.

Dans une tentative d’apaisement, le chef du gouvernement irakien a annoncé le décaissement de trois milliards de dollars en faveur de la province de Bassorah ainsi que des investissements dans les secteurs du logement, de l’éducation et des services.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*