Fronde populaire en Inde après l’arrestation de militants des droits de l’Homme

L’arrestation la semaine passée en Inde, de cinq militants des droits de l’homme et intellectuels accusés de liens avec des rebelles maoïstes n’a pas fini de faire des remous au sein de la société indienne.
Nombreux sont ceux qui dénoncent la répression du gouvernement Modi contre les personnes ouvertement critiques envers la politique de la droite hindouiste au pouvoir.
De nombreux intellectuels, défenseurs des droits de l’homme, ainsi que de nombreux citoyens ordinaires ont pris la défense des accusés dans les médias. Les ONG internationales ont suggéré que ces arrestations n’étaient motivées que par les activités militantes des personnes en cause.
Même la Cour suprême, devant laquelle les cinq personnes arrêtées doivent comparaître le 6 septembre prochain, a montré un certain scepticisme sur la légalité de leurs arrestations, en déclarant que la dissidence était «la soupape de sécurité» de la démocratie, ordonnant au passage que les cinq personnes soient libérés des mains de la police et placés en résidence surveillée.
La police indienne a interpelé simultanément l’avocate de défense des droits de l’homme de Sudha Bharadwaj, deux autres avocats basés à Bombay, Arun Ferreira et Vernon Gonsalves, le poète Varavara Rao, ainsi que le journaliste et défenseur des droits de l’homme Gautam Navlakha. Tous sont accusés d’entretenir des liens avec le Parti communiste marxiste hindou, interdit dans le pays.
La police a invoqué la loi UAPA (Unlawful Activities Prevention Act), aux contours très flous, qui permet d’emprisonner jusqu’à six mois, sans autorisation judiciaire, les suspects de terrorisme.
L’un des chefs de la police a déclaré que les personnes arrêtées ont joué un rôle actif dans un projet des organisations maoïstes pour renverser le gouvernement indien en utilisant des armes achetées en Russie et en Chine.
Elles auraient également profité d’une grande manifestation, organisée le 31 décembre dernier par la communauté Dalit (les Intouchables) qui a mal tourné en décembre dernier, pour répandre leurs «idées rebelles».

A propos de Fitzpatrick Georges 1463 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*