Des milliers de migrants africains détenus dans des conditions infrahumaines en Arabie saoudite

A en croire l’hebdomadaire britannique «The Sunday Telegraph», des milliers de migrants originaires d’Afrique noire sont détenus dans des conditions inhumaines sur le sol saoudien, dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19.

L’hebdomadaire britannique a publié dimanche dernier des photos provenant de ces migrants retenus dans des camps. Sur ces images apparaissent des dizaines d’hommes aux figures émaciées et sans expression en raison de la chaleur accablante au royaume wahhabite. 

Une des photos montre apparemment une dépouille enroulée dans une couverture au milieu de détenus. D’après ces derniers, il s’agirait d’un migrant décédé suite à une insolation. 

Par ailleurs, un adolescent africain pendu à une grille de fenêtre figure sur une autre image. Selon ses codétenus, il était si désespéré au point de se donner la mort. Nombre de ces clandestins qui présentent des cicatrices sur le dos, disent être victimes des coups et d’insultes à caractère raciste de leurs surveillants.

« Des photos fuitées de l’intérieur de ces centres de détention, situés au sud de l’Arabie saoudite, montrent que les autorités de la région soumettent les migrants de la Corne d’Afrique à des conditions sordides et déshumanisantes, (dans des camps) surpeuplées, sans égard pour leur sécurité ou leur dignité », a réagi le directeur adjoint de l’ONG Human Rights Watch (HRW) pour le Moyen-Orient, Adam Coogle, après avoir vu ces photos.

En juin 2019, l’Arabie saoudite comptait 6,6 millions de travailleurs étrangers, ce qui correspondait à près de 20 % de sa population. La majorité de ces migrants sont originaires de la Corne d’Afrique et font un travail sous-payé et pénible sur le plan physique. Ils prestent principalement dans la construction et les tâches domestiques manuelles que les Saoudiens ne veulent pas faire eux-mêmes.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*