A Marseille, les capitaines d’industrie de la Méditerranée veulent favoriser l’intégration maghrébine

 C’est une rencontre inédite qu’a accueillie la capitale phocéenne Marseille jeudi et vendredi dernier en accueillant hommes d’affaires et décideurs méditerranéens pour la première fois afin de réfléchir aux moyens de créer les conditions d’une « prospérité commune ». Près de 300 participants représentant l’ensemble du bassin méditerranéen se sont ainsi retrouvés sur l’invitation du Think Tank Cap-Mena, dirigé par le très influent François-Aïssa Touazi, ancien conseiller du ministre des affaires étrangères français Philippe Douste Blazy, officiant actuellement au sein de l’équipe dirigeante d’AXA. Bien que les débats aient tournés autour de thématiques précises pour améliorer le business en Méditerranée, le « Printemps arabe » a occupé une place très importante dans les échanges, les participants étant désireux d’examiner  son impact sur la rive sud de la Méditerrannée. Il faut cependant noter que l’essentiel n’était peut être pas sur la tribune ou lors des panels, mais dans les coulisses de ce forum, où hommes d’affaires et décideurs marocains et algériens ont pu se parler et échanger, alors que leurs deux pays conservent des frontières terrestres closes depuis près de vingt ans. Cette question de la fermeture des frontières entre les deux « frères ennemis du Maghreb » a d’ailleurs été au centre des débats, le patron des patrons algérien, Reda Hamiani- actuellement en campagne pour obtenir sa réélection dans quelques semaines- reconnaissant même que la société civile « faisait pression » sur les autorités de son pays, après qu’il aie été interpellé par un chef d’entreprise marocain. Côté officiels français, la ministre de la jeunesse Jeanette Bougrab, ainsi que l’industriel et commissaire à la diversité Yazid Sabeg, ont tous deux fait le déplacement de Marseille, confirmant ainsi l’intérêt de Matignon et de l’Elysée pour cette rencontre inédite.  Sabeg a d’ailleurs effectué un vibrant plaidoyer en faveur de l’ « action positive », qui serait selon lui plus indispensable pour corriger els inégalités en France, sans toutefois se prononcer sur la mise en place de « quotas » réservés au français d’origine étrangère. Selon les organisateurs, la seconde édition de ce forum pourrait se dérouler à Alger en 2012, mais devant le succès de cette première édition, le Maroc aurait également offert d’abriter la conférence.

A propos de Fitzpatrick 1363 Articles

Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*