France-Madagascar : Visite d’Andry Rajoelina à l’Elysée

« Le chef de l’Etat français va officiellement recevoir son homologue malgache ce mercredi 7 décembre 2011 à partir de 17h  au Palais de l’Elysée ». Telle est l’annonce de la présidence française et, en même temps, une reconnaissance internationale pour le jeune dirigeant de la Grande Ile, Andry Rajoelina, après sa longue traversée du désert.

En mars 2009, l’ex-maire d’Antananarivo avait accédé à la magistrature suprême en poussant, à coups de manifestations populaires, son prédécesseur, Marc Ravalomanana, à la démission. Ce « coup d’Etat » avait attiré sur M. Rajoelina et sa législature les foudres de la communauté internationale : l’Union Européenne, l’Union Africaine et la Communauté de Développement de l’Afrique Australe (SADC), condamnant unanimement cette prise de pouvoir, avaient carrément interrompu toute coopération avec Madagascar. Une situation qui a pris plus de deux ans pour évoluer.

Ainsi, le président de la Haute Autorité malgache de Transition (HAT)  a eu l’occasion, en septembre dernier, de prendre la parole sur la Tribune des Nations Unies, seulement quelques jours après la signature d’un accord en vue de former un gouvernement d’union nationale. Ce qui a été fait depuis le 21 novembre. Aussi, cette « visite de travail » à l’Elysée s’inscrit dans la même lignée de légitimation internationale : les deux dirigeants discuteront de la coopération entre les deux pays et parapheront une convention. Celle-ci permettra à Madagascar de bénéficier de 10 millions d’euros de dons (13,5 millions de dollars américains) destinés à l’amélioration des conditions de vie dans des quartiers défavorisés de la capitale malgache et à une assistance technique à certains organismes publics de l’île.

Par ailleurs, l’Union Européenne a également décidé, le lundi 5 décembre dernier, de recommencer à intervenir à Madagascar. Mais, cela se fera de manière progressive et sous conditions. De même, au cours de la semaine, l’Union Africaine va revoir sa coopération avec Antananarivo.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*