Afrique du Sud/ Israël : Le torchon brule entre les deux Etats

Des fois, l’on trouve sur le marché sud-africain, des produits provenant des territoires palestiniens occupés mais étiquetés comme provenant d’Israël. Une situation que le Ministère sud-africain du Commerce et de l’Industrie envisage de corriger, provoquant du coup l’indignation d’Israël.

Le conflit entre Israël et la Palestine pourrait s’exporter jusque dans le secteur du commerce en Afrique du Sud. Ce dernier pays base sa réflexion sur la loi de protection du consommateur. Selon, Macdonald Netshitenzhe, Directeur pour la politique et la législation commerciale au Ministère sud-africain du Commerce, celle-ci « impose de ne pas induire en erreur sur la provenance exacte du produit. Si c’est par exemple du vin de Bordeaux, il ne peut pas venir de Bretagne ».  Ainsi, ajoute-t-il, « si l’on vient à la question de la Palestine et d’Israël, un produit d’Israël doit être fabriqué ou produit dans les frontières de 1948.   Donc pour les biens ou légumes venant des zones où Israël a envahi d’autres pays arabes, l’Afrique du Sud considère qu’il est mieux de les étiqueter comme produits en Palestine ou dans les Territoires occupés palestiniens ». Une argumentation on ne peut plus claire. M. Netshitenzhe a précisé que, « pour le moment, il n’y a pas de décision mais les gens doivent savoir que l’Afrique du Sud reconnaît Israël dans les frontières admises par l’ONU en 1948 ». Aussi, « un avis est paru le 10 mai au journal officiel ouvrant une période de consultation publique de deux mois. Ce n’est pas un appel au boycott des produits israéliens».

Quoi qu’il en soit, cela a immédiatement entraîné la réaction vigoureuse du ministre israélien des affaires étrangères, Yigal Palmor : « il est choquant de penser que ce soit l’Afrique du Sud, entre tous les pays, qui fasse preuve d’une telle insensibilité et emprunte aveuglement la pente glissante du racisme ». Selon la même autorité, l’ambassadeur sud-africain en Israël sera convoqué très prochainement aux affaires étrangères israéliennes. Le torchon ne fait que commencer à brûler.

A propos de Fitzpatrick 1366 Articles

Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*