Mitt Romney, le plus à droite des candidats républicains à la présidence américaine

Considéré comme pas assez tranchant par la partie la plus dure de son aile politique, le candidat républicain à la présidence américaine Mitt Romney a présenté mardi dernier à la convention républicaine de Tampa l’un des programmes les plus conservateurs qu’un gouvernement républicain n’ait jamais présenté.

Dans ce programme, les républicains se prononcent de manière claire et tranchée sur la quasi-totalité des questions qui font traditionnellement débat aux États-Unis.  Toute forme d’avortement, et quelles que soient les circonstances, est considéré comme une atteinte au caractère sacré de la vie. Le mariage homosexuel est décrié, comme les États qui l‘ont légalisé, présenté comme une menace pour les fondations de la société. L’influence religieuse de ce programme est visible dans la proposition d’exposer les Dix Commandements de la Bible dans les endroits publics. Sur un autre plan, le programme républicain annonce une réforme fondamentale du programme d’assistance médicale aux personnes âgées Medicare. Le montant de l’aide qui leur est accordée devrait être limité et elles devront avoir recours au secteur privé pour se procurer leur assurance. Et, bien entendu, il est hors de question de toucher au deuxième amendement de la Constitution des États-Unis qui garantit à tout citoyen américain le droit de porter une arme.

Mitt Romney et son colistier Paul Ryan espèrent vendre leur programme avec des promesses telles que la création de 12 millions de nouveaux emplois durant leur mandat ou le maintien du budget de la défense pour garantir la sécurité du pays. Le programme était salué le lendemain par la droite la plus extrémiste du parti républicain qui, même si elle sait qu’il sera difficile à leur candidat de faire passer toutes ces mesures, espère revenir à l’Amérique des Pères Fondateurs.

A propos de Fitzpatrick 1332 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*