Brésil : une ONG interpelle Dima Roussef

Brésil une ONG interpelle Dima RoussefProfitant du passage de la présidente brésilienne en France, le WWF (World Wildlife Fund), ONG spécialisée dans la protection de l’environnement, a sollicité l’entrée en vigueur d’une loi contre l’exploitation illégale de l’or au Brésil. Cet accord, paraphé il y a 4 ans, lie les gouvernements français et brésilien.

En décembre 2008, la France et le Brésil s’étaient engagés dans un accord bilatéral de coopération transfrontalière. Il s’agissait, notamment, de lutter contre l’exploitation illégale de l’or. Jusqu’à présent, donc 4 ans plus tard, cet outil ne s’est jamais avéré utile.  C’est uniquement dans l’Hexagone que ce texte a été ratifié. Le Parlement français n’a pas pris beaucoup de temps sur ce dossier. A l’opposé, au Brésil, la procédure a constamment pris du retard au point de ne pas être bouclée aujourd’hui. Résultat : la France comme le Brésil ne peuvent pas s’apporter le soutien mutuel que prévoit cet accord. C’est la raison qui a motivé la WWF à demander « la ratification urgente et l’entrée en vigueur » de ce texte. Cela permettrait de préserver les aires protégées situées sur les frontières ainsi que les différents groupements qui y vivent. A titre d’information, le WWF a affirmé, par voix de communiqué, que 37 % des parcs nationaux sont en proie à des problèmes d’ordre minier dans le bassin amazonien. Ces difficultés peuvent résider dans la pratique des techniques sauvages d’exploitation des minerais. Cela est tout à fait vrai pour l’or. Les conséquences du non-encadrement de ces activités sont néfastes pour les écosystèmes : déforestation, destruction des sols, accroissement de la turbidité et envasement des rivières font partie de tant d’éléments à épingler dans cette tragédie environnementale.

Pour les activistes de la WWF, le voyage de la Présidente brésilienne en France était  l’occasion de s’appesantir sur la question.  Cet organisme a proposé que les deux parties puissent examiner conjointement les enjeux de cette thématique et a soutenu la restauration de l’intégrité des aires protégées.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*