Syrie : difficultés pour les médecins d’exercer leurs métiers

1748306_3_62b6_a-la-mi-aout-msf-a-accueilli-plus-de-300_8f557cae4a1b95a454e51033c22daec4Une coalition internationale de 55 médecins reconnus, dont trois Prix Nobel, tire la sonnette d’alarme sur la situation humanitaire en Syrie dans une lettre ouverte publiée ce mardi dans la revue médicale The Lancet et le quotidien français Libération.

La lettre intitulée « Laissez-nous soigner en Syrie », qui revendique la plus grande neutralité possible, dénonce le fait que les hôpitaux et le personnel médical soient délibérément pris pour cible, ce qu’ils qualifient de trahisons inadmissibles du principe de neutralité médicale. Depuis le début du conflit, 37% des hôpitaux syriens ont été détruits et 20% sont gravement endommagés. Environ 470 professionnels de santé seraient emprisonnés et quelque 15000 médecins ont dû fuir à l’étranger.

A cette situation s’ajoutent les restrictions imposées par les belligérants sur l’accès humanitaire dans le pays. Au final, les civils, dont le nombre de blessés ne fait qu’augmenter, se retrouvent privés d’accès aux soins, aux vaccins et aux traitements de longue durée pour les patients souffrant de diabète ou de cancer. D’horribles blessures restent sans soins, des femmes accouchent sans aide médicale, et adultes et enfants sont opérés sans anesthésie. Selon les Nations Unies, en plus des 100000 morts qu’ont provoquées plus de deux ans de conflits, la population se retrouve maintenant plus que jamais exposée aux épidémies d’hépatite, de rougeole, de typhoïde et de diarrhée aiguë.

Les médecins réclament l’établissement d’un cordon sanitaire et  aérien pour pouvoir apporter l’aide médicale nécessaire. Ils souhaitent également une meilleure sécurité des médecins sur place. Les signataires de cette lettre proviennent de 25 pays. Parmi eux figurent notamment trois Russes et un Chinois. Ils espèrent tous que la situation sanitaire alarmante suscitera la même mobilisation que celle qu’a provoquée l’utilisation d’armes chimiques.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*