L’Arabie Saoudite s’engage dans les énergies renouvelables

To match feature ENERGY-MAGHREB/SOLARL’Arabie Saoudite entend s’investir dans le domaine des énergies renouvelables. L’énergie solaire en particulier peut constituer, pour ce pays, un moyen de demeurer une puissance économique mondiale, si sa consommation en pétrole cesse d’aller croissant.

D’après le magazine The Atlantic, le ministre saoudien du Pétrole, Ali al-Naimi, a annoncé vouloir mettre un terme à l’utilisation des sources d’énergie fossiles et se convertir en leader mondial des énergies renouvelables (éolien et solaire) à l’horizon 2040. Pour rappel, c’est depuis 1938 que le royaume wahhabite fait reposer son développement sur l’or noir. Mais, en toute vraisemblance, ce pays a sérieusement décidé de virer dans le renouvelable. Pour preuve, l’Arabie Saoudite est d’ores et déjà le partenaire financier et logistique du vaste projet de parc solaire à Ouarzazate au Maroc. Coût de cette initiative : environ 2 milliards d’euros (2,2 milliards de dollars). Ce parc en construction annoncé comme le plus important sur la planète devrait suffire à satisfaire, dès 2020, environ 40 % des besoins énergétiques du royaume chérifien fort d’une capacité totale de 560 mégawatts (MW).

Lors du Business and Climate Summit de Paris à la fin du mois dernier, M. Al-Naïmi avait déjà donné un aperçu du projet énergétique saoudien : « l’Arabie Saoudite reconnaît qu’un jour, le monde n’aura plus besoin d’hydrocarbures. Je ne sais pas quand cela arrivera, probablement en 2040, 2050 ou plus tard. Nous nous sommes donc engagés dans un programme pour développer l’énergie solaire », avait-il déclaré. Malgré tout, ce riche pays du Golfe reste le principal consommateur de pétrole du Moyen-Orient et le sixième sur la planète. Plus précisément, l’Arabie Saoudite consomme plus d’un quart de sa production pétrolière. Et, sa consommation intérieure a évolué de 7 % en rythme annuel. Ce, particulièrement en raison des conditionnements d’air, qui utilisent 70 % de l’énergie générée par l’or noir. Etant donné que la compagnie pétrolière nationale, Saudi Aramco, cède le baril de brut contre 5 dollars pour des usages domestiques (carburant et production d’électricité), le royaume wahhabite perd énormément d’argent. Bref, l’Arabie Saoudite a donc intérêt à réduire sa consommation énergétique.

A propos de Fitzpatrick 1348 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*