Brésil : Daimler fait machine arrière

daimler-truckL’allemand Daimler a annoncé l’adoption de mesures de chômage partiel pour son usine de camions de Sao Bernardo do Campo au Brésil. Aussi, ce constructeur automobile ne va plus procéder au licenciement de 1 500 des employés de cette unité bien qu’annoncé précédemment.

Par voie de communiqué, le constructeur automobile a fait savoir qu’en raison de « la faiblesse durable des marchés des véhicules utilitaires », la direction de Daimler Trucks, qui est sa division en charge des camions, et les délégués du personnel se sont convenus de recourir au chômage partiel au niveau de l’usine de Sao Bernardo do Campo, située à proximité de Sao Paulo (sud-est). En vigueur à partir de ce mois de septembre jusqu’en mai prochain, cet accord prévoit de diminuer de 20 % l’activité et les rémunérations dans cette usine. Une perte de salaire qui sera compensée de moitié par l’Etat brésilien.

En contrepartie, les employés auront la garantie de conserver leurs postes pendant une durée d’un an et les 1 500 licenciements précédemment annoncés ont été carrément annulés. Pour information, le site concerné compte 10 000 salariés d’après les statistiques communiquées par Daimler.

Daimler avait récemment envisagé une compression de personnel en raison de la faiblesse récurrente de ses ventes au Brésil, pays dont l’économie est dans une mauvaise passe : « le marché des camions (y) a reculé de 44 % sur le premier semestre 2015 », a indiqué la semaine dernière un porte-parole du constructeur automobile allemand. Et d’ajouter que, « depuis de nombreux mois, il y a purement et simplement beaucoup moins de camions commandés et un rapide rebond du marché n’est malheureusement pas à attendre ».

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*