Egypte : les touristes fuient la station balnéaire Charm el-Cheikh

station-charam-chikh-fuite-touristeDe nombreux touristes quittent progressivement la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh suite au crash de l’Airbus russe sur le désert du Sinaï.

Les visiteurs de nationalité russe et britannique continuaient ce lundi, à déserter le territoire égyptien, où la police vient d’abattre un des principaux chefs de la branche égyptienne du groupe Etat Islamique (EI) qui a revendiqué l’attentat à l’origine du crash de l’avion russe. Selon la même source, il s’agit du dénommé Ashraf Ali Ali Hassanein al-Gharabli, un des principaux responsables de la branche locale de l’EI soupçonné d’être la tête pensante de nombreuses attaques contre les forces de l’ordre et de meurtres de certains ressortissants étrangers, dont un Croate et un Américain.

Pour rappel, l’appareil russe avait décollé, avec 224 passagers à bord, le samedi 31 octobre à partir de la station balnéaire de Charm el-Cheikh avant de disparaitre de l’écran des radars de la tour de contrôle.

C’est dans ce même aéroport que des centaines de touristes, de nationalité russe en majorité, attendaient lundi des avions mis à leur disposition par les gouvernements russe et britannique en vue de leur rapatriement. Comme il fallait s’y attendre, la sécurité a été particulièrement renforcée à l’entrée de l’aéroport, tous les véhicules étant minutieusement inspectés avant d’y accéder.

Selon les informations en provenance de Moscou, 25.000 des 80.000 ressortissants russes dénombrés après le crash de l’avion sur la principale station balnéaire égyptienne et dans les autres sites de la mer Rouge, ont d’ores et déjà été rapatriés.

De son côté, le gouvernement britannique a indiqué ce lundi, avoir fait de même pour 5.000 de ses 20.000 ressortissants recensés dans les stations estivales en bordure la mer Rouge après cette tragédie.

Jusqu’à présent, les autorités égyptiennes tardent à admettre que c’est une bombe qui est à l’origine de l’explosion de l’appareil en plein vol. Ce qui est pourtant une évidence non seulement pour divers Etats occidentaux mais également pour certains spécialistes.

A propos de Fitzpatrick 1331 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*