Syrie : accès humanitaire à des villes assiégées

Le Croissant-Rouge a annoncé lundi, l’entrée dans la ville syrienne assiégée de Madaya, d’un convoi de 44 camions transport nourriture, médicaments et couvertures.

Le chef des opérations humanitaires de l’ONU Stephen O’Brien a annoncé à l’occasion, l’évacuation dès ce mardi, d’environ 400 personnes civiles en grand danger de mort, de Madaya, une ville de 42.000 habitants, située à 40 kilomètres de Damas et assiégée depuis six mois par l’armée du régime syrien de Bachar Al-Assad.

Stephen O’Brien a présenté aux ambassadeurs des 15 pays membres du Conseil de sécurité, réunis à huis-clos, un compte-rendu de la situation, désespérée, à Madaya et dans les autres villes syriennes assiégées. Madaya apparaît comme une ville martyre et sa population est affamée et épuisée par la guerre, a-t-il déploré.

L’Organisation Non Gouvernementale Médecins Sans Frontières (MSF) assure que 28 personnes sont mortes de faim depuis le 1er décembre dernier. Les Nations unies estiment à 400.000 le nombre de civils piégés dans les villes syriennes assiégées par l’armée de Bachar Al-Assad ou les rebelles. Les problèmes de santé parmi les populations assiégées, anémies et autres maladies, se multiplient.

La question des sièges en Syrie a pris une autre dimension avec la diffusion ces derniers jours par les réseaux sociaux de photos et de vidéos montrant des enfants décharnés à Madaya. Le secrétaire d’Etat américain John Kerry, la Grande-Bretagne et la France ont réclamé chacun un accès humanitaire « complet » aux villes syriennes assiégées.

Une lueur d’espoir pour une amélioration de la situation semble émerger. En plus du convoi qui est entré lundi à Madaya, vingt et un autres camions ont pénétré le même jour à Foua et Kafraya, localités chiites encerclées par les rebelles à plus de 300 kilomètres de Damas, dans la province d’Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie. Mais Marianne Gasser, la chef du CICR en Syrie réclame que la distribution d’aide ouvre la voie à un accès régulier aux zones assiégées.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*