Irak : les forces de sécurité découvrent une fosse commune à Ramadi

Les forces de l’ordre irakiennes ont découvert lundi dernier, à Ramadi dans l’ouest du pays, un charnier contenant, selon elles, les dépouilles d’au moins 40 victimes qui auraient été assassinées par les combattants de l’organisation de l’Etat Islamique (EI), a annoncé la police locale.

Le responsable des forces de l’ordre, Tarek Abdelkarim, a confié à la presse que 18 corps ont d’abord été déterrés, dont les dépouilles de cinq agents de police. La même source a ajouté que les forces de sécurité continuent à déterrer les autres cadavres. La fosse commune a été découverte dans un des quartiers situé au centre-ville de Ramadi.

Selon Abdelkarim, ce charnier pourrait comprendre jusqu’à 40 dépouilles de personnes originaires de la ville de Ramadi. Celles-ci pourraient avoir été tuées en mai dernier alors que leur ville venait de basculer entièrement sous le contrôle du groupe djihadiste EI. Il sied de préciser que les victimes de ce mouvement terroriste ont été soit décapitées soit fusillées.

Si la création en Irak de l’organisation de l’EI remonte à l’an 2006, c’est en juillet 2014 que ce groupe djihadiste a proclamé un califat sur les portions des territoires sous son contrôle en Irak et en Syrie.

D’après la CIA, ce mouvement dispose d’à peu près 30.000 combattants. Bon nombre d’Etats considèrent le groupe EI comme étant une organisation terroriste, ce qui lui vaut d’être accusé de crimes contre l’humanité, crimes de guerre, génocide et nettoyage ethnique.

A propos de Fitzpatrick 1334 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*