La Syrie théâtre d’un début de semaine meurtrier pour les civils

La journée de mardi a été particulièrement meurtrière pour les civils en Syrie, où les bombardements dans la province d’Alep menés par la coalition menée par les Etats-Unis et les avions de chasse russes ont causé la mort respectivement de près de 60 et 21 civils, selon un décompte de l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme (OSDH).

Le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane a indiqué que la coalition avait mené mardi à l’aube, des frappes alors que les habitants fuyaient les combats dans un village près du fief djihadiste de Minbej. Ces frappes avaient pour objectif l’appui au sol des Forces Démocratiques Syriennes (FDS), une alliance de combattants arabes et kurdes soutenue par les Etats-Unis et engagées dans une offensive contre l’organisation Etat islamique.

Selon le directeur de l’OSDH, les frappes de la coalition auraient manqué leur cible et causé la mort d’au moins 56 civils, dont 11 enfants. La coalition a reconnu, de son côté, avoir procédé récemment à des frappes près de Minbej, tout en étant consciente des informations sur la mort de civils. Elle a de même annoncé qu’elle examinerait toutes les informations à sa disposition sur cet incident.

Toujours hier mardi, 21 civils, dont 6 enfants ont également été tués dans des raids aériens menés par l’aviation russe sur la ville rebelle d’Atareb dans la même province d’Alep. Et la veille, 21 autres civils avaient péri dans des raids de la coalition dans la région de Minbej.

Selon Amnesty International, le bombardement menées par la coalition mardi contre les djihadistes en Syrie, a été le plus coûteux en vies de civils depuis le début 2014. L’ONG a appelé la coalition à enquêter sur de possibles violations du droit humanitaire international.

Les combats pour le contrôle de Minbej durent depuis un mois et demi. La ville située à 100 kilomètres d’Alep et actuellement aux mains des djihadistes de l’Etat islamique, servait de carrefour d’approvisionnement et de centre de commandement à l’Etat islamique, avant que les membres du FDS ne réussissent à couper l’axe routier vers la Turquie.

A propos de Fitzpatrick 1331 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*