Syrie : L’Etat islamique en déroute et l’armée de Bachar en position de force à Alep

Les forces armées loyales au régime de Damas ont progressé à Alep et assiègent de nouveau depuis hier dimanche, les quartiers rebelles de la ville.

Dans le même temps, plus au nord, les forces turques et des rebelles syriens sont parvenus à chasser les djihadistes de l’organisation de l’Etat islamique de leurs dernières positions à la frontière syro-turque.

Une source militaire citée par la télévision officielle a affirmé que les forces armées syriennes, en coopération avec leurs alliés russes, «avaient pris hier dimanche, le contrôle total de la zone des académies militaires et nettoyaient les dernières poches de terroristes dans le secteur».

Pour rappel, Damas considère comme terroristes indifféremment tous les groupes qui l’affrontent, qu’ils soient modérés, islamistes ou djihadistes.

Cette prise de contrôle aurait permis aux troupes loyalistes de couper la route d’approvisionnement entre le sud de la province d’Alep et les quartiers de la ville contrôlés par les rebelles, ouverte il y a un mois par les insurgés après leur prise du quartier de Ramoussa. Celle-ci était l’unique route d’approvisionnement de ces quartiers où vivent quelque 250.000 personnes.

Par ailleurs, l’Etat islamique a perdu ses derniers villages frontaliers avec la Turquie, entre la rivière Sajour et la localité d’Al-Raï, ce qui signifie, selon l’Observatoire syrien des Droits de l’Homme, que l’organisation islamiste a «perdu tout contact avec le monde extérieur».

Alors que le conflit dans le pays s’est encore compliqué avec le lancement fin août, par la Turquie d’une opération militaire dans le nord à la fois contre l’Etat islamique et les milices kurdes liées au parti kurde syrien PYD, qui combattent les djihadistes et qui sont soutenus par les Etats-Unis, la solution politique s’éloigne un peu plus.

Les Etats-Unis, qui appuient les rebelles, et la Russie, alliée du régime de Bachar El-Assad, n’ont pu se mettre d’accord pour réduire la violence dans le pays. Les discussions entre les deux puissances en marge du sommet du G20 qui se tient actuellement en Chine, devaient se poursuivre ce lundi.

A propos de Fitzpatrick 1349 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*