L’annonce par l’Iran d’une augmentation de sa production pétrolière fait chuter les prix

L’Iran a annoncé hier lundi sa volonté de poursuivre franchement la reprise de sa production, une décision qui a été mal accueillie par les investisseurs étrangers et a  entraîné une baisse des cours du pétrole sur le marché mondial de l’or noir.

S’exprimant lors d’une conférence de presse sur le pétrole et l’énergie à Téhéran en présence de représentants de nombreuses sociétés étrangères, le ministre iranien du Pétrole Bijan Namdar Zanganeh a annoncé que son pays allait porter sa capacité de production de pétrole  de 3.8 millions de barils par jour au cours de la première moitié de l’année (mars 2016 – mars 2017) à 4.03 millions B/J d’ici la fin de l’année.

Pourtant, l’Iran fait partie avec la Libye et le Nigeria des pays qui ont été exemptés par l’accord de l’Opep conclu fin septembre à Alger, engageant les pays membres de réduire leur production de pétrole pour soutenir les cours. Mais l’Iran, qui a progressivement augmenté sa production depuis l’accord nucléaire de Genève et la levée d’une partie des sanctions internationales en janvier, dans la perspective de retrouver son niveau de production de fin 2011, soit avant les sanctions américaines et européennes contre son programme nucléaire qui avaient fait baisser considérablement son niveau de production, n’entend pas s’arrêter en si bon chemin.

Suite à la déclaration du ministre iranien du Pétrole, les cours du baril de « light sweet crude » (WTI), référence américaine du brut, a reculé de 41 cents à 49.94 dollars sur le contrat pour livraison en novembre au New York Mercantile Exchange (Nymex). Et à Londres, le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre, a perdu 43 cents à 51.52 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE). Les cours pourraient chuter davantage encore, les investisseurs redoutant l’annonce d’une hausse par le département américain de l’Energie, dans son rapport hebdomadaire qui doit être publié demain mercredi, des réserves américaines de brut.

A propos de Fitzpatrick 1302 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*