Négociations secrètes au Qatar entre le gouvernement afghan et les Talibans

Sous le sceau de l’anonymat, deux responsables des Talibans, basés pour l’un au Qatar et pour l’autre aux Emirats arabes unis, ont confirmé une information révélée par le quotidien britannique The Guardian, selon laquelle des négociations de paix secrètes entre le mouvement des Talibans et les autorités afghanes, ont eu lieu au début du mois au Qatar.

Les discussions se seraient tenues en présence du mollah Abdul Manan, frère du fondateur du mouvement, le mollah Mohamed Omar, mort en 2013, et d’un diplomate américain.

D’après le responsable Taliban basé aux Emirats arabes unis, les autorités afghanes et américaines ont demandé aux Talibans de décréter un cessez-le-feu, de déposer les armes et d’entamer un véritable processus de paix.

En contrepartie, les délégués des Talibans ont exigé que leur organisation soit reconnue comme mouvement politique, que ses dirigeants soient retirés d’une liste noire de l’ONU ainsi que la libération de l’ensemble de leurs membres détenus dans les prisons afghanes.

Les informations que rapporte The Guardian ont été niées par le porte-parole des Talibans, Zabihullah Mujahid qui les a qualifiées de propagande destinée à diviser le mouvement islamiste.

De toute façon, selon le responsable Taliban basé aux Emirats arabes unis, rien n’est ressorti de ces discussions. L’ambassade des Etats-Unis à Kaboul ainsi que le porte-parole du président afghan, Ashraf Ghani n’ont  fait aucun commentaire sur la tenue de ces discussions.

Les précédentes négociations entre le gouvernement de Kaboul et les Talibans, conduites sous l’égide du Pakistan ont été interrompues après la mort de l’ancien chef des talibans, le mollah Akhtar Mansour, tué par un drone américain au mois de mai dernier. Sous la conduite de leur nouveau chef de file, Haibatullah Akhundzada, les Talibans ont intensifié cet été, leurs opérations de guérilla, attaquant la ville de Kunduz, dans le Nord, et menaçant le chef-lieu de la province méridionale d’Helmand, Lashkar Gah.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*