Irak : Les Peshmergas contrôlent une ville proche de Mossoul

Les combattants kurdes sont parvenus, lundi, à entrer à Bachika, une petite ville située à 15 km au nord-est de Mossoul. Ils sont confrontés à la résistance des djihadistes du groupe Etat Islamique (EI), qui tentent de freiner leur avancée vers Mossoul, en multipliant des attaques à la voiture piégée.

Il aura fallu deux semaines de siège avant que les forces kurdes ne pénètrent dans la ville de Bachika, où se trouvait une centaine d’éléments de l’organisation de l’EI.

Parallèlement, des unités spéciales de l’armée irakienne combattaient dans les quartiers est de la deuxième grande ville d’Irak, Mossoul.

«Notre objectif est de prendre le contrôle de (Bachika) et de chasser tous les combattants de Daech », a assuré le lieutenant-colonel Safeen Rasoul. « On estime qu’il reste environ une centaine de djihadistes et une dizaine de voitures suicides », a-t-il ajouté.

Hier, le convoi des peshmergas avançant vers Bachika a été la cible d’une attaque djihadiste. D’après un officier des forces kurdes, des kamikazes ont lancé deux voitures piégées sur ses troupes.

« Ils sont encerclés. S’ils veulent se rendre, très bien. S’ils ne le veulent pas, ils seront tués », a déclaré le lieutenant-colonel Qandeel Mahmoud, commandant d’un bataillon de combattants kurdes.

Des militaires américains faisant partie du contingent de 5.000 soldats déployés par le gouvernement américain pour accompagner l’assaut sur Bachika sont entrés dans cette ville avec les peshmergas.

La reconquête de Mossoul est l’offensive militaire la plus importante menée en Irak depuis l’invasion américaine de 2003. Environ 100.000 militaires des forces armées irakiennes, des éléments des forces spéciales, des agents de police, des combattants kurdes et des miliciens chiites y prennent part.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*