Le régime de Damas déterminé à accélérer la chute d’Alep-Est

Le régime de Damas et ses alliés accentuent leur pression sur Alep, où il a déployé des centaines de soldats d’élite dans la partie Est, pour aider à la reconquête des quartiers les plus peuplés de ce bastion rebelle assiégé.

Dans le même temps, la Russie a autorisé l’ouverture de couloirs sécurisés pour évacuer les civils et acheminer de l’aide humanitaire.

Le directeur de l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane a confirmé que le régime, appuyé par des milliers de combattants étrangers (Iraniens, du Hezbollah libanais, Irakiens et Palestiniens), resserrait l’étau autour des zones toujours sous contrôle des rebelles à Alep-Est.

A coups de bombardements aériens et de tirs d’artillerie incessants depuis 15 jours, l’armée syrienne a provoqué de terribles destructions dans l’est de la deuxième ville de Syrie, forcé quelque 50.000 habitants à la fuite et pris le contrôle de 40% de ce secteur.

A cet important dispositif s’ajoutent désormais des centaines de soldats d’élite déployés en vue des batailles de rue dans les zones les plus peuplées. Mais leur progression est ralentie par les craintes d’embuscades, les combattants rebelles se mêlant aux habitants.

Un haut responsable de l’ONU, Jan Egeland, a indiqué que la Russie, allié inconditionnel du régime de Bachar El-Assad à qui elle fournit une couverture aérienne et une aide militaire précieuse, avait proposé la création de quatre couloirs humanitaires à Alep-Est. Ces corridors sont destinés à l’évacuation des blessés, des malades, et des civils des quartiers est d’Alep toujours sous contrôle des combattants rebelles.

Selon l’OSDH, ces derniers jours, plus de 50.000 habitants sur les 250.000 que comptait encore récemment Alep-Est ont fui les zones assiégées depuis quatre mois et privées de nourriture, de médicaments ou d’électricité.

Depuis le début de cette offensive le 15 novembre dernier, plus de 300 civils, dont 33 enfants ont été tués à Alep-Est et près d’une cinquantaine sont morts à Alep-Ouest par des tirs attribués aux rebelles.

A propos de Fitzpatrick 1286 Articles
Georges Fitzpatrick a été analyste financier, puis journaliste spécialisé dans les marchés émergents pendant plus de 20 ans, il a officié à Wall Street dans plusieurs banques d’affaires de la place New Yorkaise

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*