Ankara milite pour l’ouverture d’une enquête de l’ONU dans l’affaire Khashoggi

Le chef de la diplomatie turque a indiqué lundi qu’Ankara travaillait en synergie avec d’autres Etats afin que l’ONU ouvre une enquête sur le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi dans le consulat saoudien à Istanbul.

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu qui effectuait une visite en Tunisie, a révélé que le gouvernement turc poursuivait «activement» ses investigations dans le cadre de l’affaire Khashoggi et «collaborait» avec d’autres Etats membres des Nations Unies.

Ce responsable turc a appelé le gouvernement saoudien à faire part à Ankara et au «monde entier» des informations recueillies dans le cadre de sa propre enquête, ajoutant que les autorités turques souhaitent entre autres que l’Arabie saoudite dise ce qui est advenu du corps du journaliste et qui a été chargé d’en disposer.

Jamal Khashoggi, qui a eu à collaborer, entre autres, avec « The Washington Post » en tant que chroniqueur, s’est montré, à maintes occasions, très critique envers le prince héritier saoudien Mohammed Ben Salman dans ses articles.

Ce professionnel des médias a été assassiné par des agents saoudiens le 2 octobre dernier au sein du consulat de l’Arabie saoudite à Istanbul.

Ce n’est pas la première fois que la Turquie émette le souhait de voir les Nations Unies mener une enquête sur le meurtre de Jamal Khashoggi.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*