Le groupe djihadiste Etat Islamique revendique l’attentat-suicide contre une base militaire en Algérie

Le groupe Etat Islamique (EI) a revendiqué mardi dernier, l’attentat-suicide qui a visé dimanche une base de l’armée algérienne dans le sud du pays, non loin de la frontière avec le Mali. Un soldat algérien avait péri lors de cette attaque.

D’après le ministère algérien de la Défense, un kamikaze au volant d’un véhicule piégé l’a fait exploser en essayant de s’introduire de force dans une base à Bordj Badji Mokhtar, dans l’espace frontalier de Timiaouine, situé à plus de 1.700 km au sud d’Alger. Un gardien a trouvé la mort en empêchant le véhicule d’entrer dans l’enceinte, à en croire la même source.

L’organisation djihadiste de l’EI a affirmé par dans un communiqué diffusé mardi sur ses chaînes Telegram qu’un «frère martyr a fait exploser son véhicule au milieu de la base» algérienne, «provoquant des dizaines de morts et de blessés, la destruction de nombreux engins et occasionnant des dommages matériels à la base» militaire.

Pour rappel, le groupe EI avait déjà revendiqué deux autres attaques-suicides commises en 2017 dans le même pays, où elles avaient pris pour cibles deux commissariats, dont deux policiers avaient tués et deux autres blessés.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*